Fondation Alliance Française»Alliances Françaises dans le monde»Actualité de la zone»Amérique latine - Caraïbes»Mexique : l’Alliance Française de Querétaro crée un jeu de société pédagogique

Amérique latine - Caraïbes

Mexique : l’Alliance Française de Querétaro crée un jeu de société pédagogique

Et maintenant jouons !

Ou comment l’Alliance Française de Querétaro s’est lancé dans la création d’un jeu de société pédagogique.

 À l’occasion de la célébration des 60 ans de l’Alliance Française de Querétaro en 2019, nous avons pris le beau prétexte de cet anniversaire pour initier de nouveaux projets originaux, certains à la croisée entre pédagogie et culture. Aussi, avons-nous lancé l’idée de créer un jeu de société à vocation pédagogique, et surtout décidé de le concevoir et le réaliser collectivement.  

Commençons par l’origine du jeu et son ambition. Ce projet de jeu affichait pour objectifs premiers de :

– valoriser les compétences de l’équipe pédagogique de l’Alliance Française

– créer une dynamique collective autour d’un projet fédérateur

– concevoir un « produit » permettant de promouvoir notre Alliance Française

C’est en ses termes que le projet a donc été présenté et proposé en fin d’année 2018 à l’ensemble de l’équipe pédagogique et administrative, en proposant un appel à participation, sachant notamment que, dans un souci d’engagement, toute participation de nos professeurs aux projets transversaux portés par l’AF font l’objet d’une rémunération supplémentaire. Nous sommes donc en décembre 2018 : nous constituons l’équipe projet.

L’enjeu est bien d’associer ici une pluralité de profils, de compétences et donc d’agents travaillant pour l’Alliance. L’équipe évoluera au gré du projet, notamment pour les professeurs dont certains prendront d’autres engagements professionnels en dehors de l’AF. C’est peut être une première remarque, la difficulté d’inscrire dans le temps une équipe composée en partie de professeurs, considérant le turn over régulier auquel nous devons faire face.

Néanmoins, une fois l’équipe en place, et les objectifs partagés, il a fallu se mettre au travail.

Pour essayer de créer une envie commune et collective, nous avons essayé d’alterner des séances de travail en commun rapprochées et un investissement personnel entre chacune de ces sessions. Notre première séance de travail a eu lieu à El Dragon Negro, un café et magasin de jeux de société qui nous a fait tester différents jeux, pour que nous apprenions toutes les mécaniques de jeux existantes et que nous commencions à imaginer celles à activer et mobiliser dans notre propre jeu. Et surtout que nous nous amusions ensemble, pour faire équipe.

S’en sont suivies de nombreuses séances de travail, d’allers retours, d’enthousiasme, de doutes, et encore de doutes. Parce que toute la difficulté d’un projet collectif réside dans le fait qu’il faut réussir à satisfaire l’ensemble du groupe, à ne décevoir personne tout en faisant les concessions nécessaires pour que chacun puisse se revendiquer du résultat. Autant dire une mission compliquée.

Nous nous étions fixés comme date limite le début du mois de mai, date à laquelle arrivait l’artiste pour la conception graphique du jeu. Il a donc fallu travailler assez vite et nous avions décidé également d’associer l’expertise de Haydée Silva, professeure à la Universidad Nacional Autonoma de Mexico (UNAM) et surtout grande spécialiste du jeu en classe de FLE.

Elle vint ainsi début mai et nous avons profité de sa présence pour proposer à l’ensemble de notre équipe pédagogique une session de formation sur l’utilisation du jeu en classe. Comme toujours avec Haydée Silva, la formation fut passionnante et surtout très utile et concrète. Et à la suite de cette formation, nous lui avons présenté, fébriles, notre jeu. Et ce qui devait arriver arriva : en quelques arguments diablement pertinents, Haydée Silva a remis en question beaucoup d’éléments. Et avec raison, car nous avions commis quelques erreurs et que nous avions voulu, à l’instar d’un auteur pour son premier roman, mettre toutes nos idées et nos envies dans un seul et unique jeu.

Deux jours après, arriva le graphiste, Florian Stéphant. Pour cette résidence graphique, nous avons réitérer un partenariat avec l’École Supérieure d’Art de Bretagne (EESAB) avec qui nous avions déjà collaboré en 2018 en accueillant Loriane Panel qui a eu la mission de repenser l’ensemble de la signalétique interne de nos 3 succursales. Le partenariat avec cette école est très fructueux, l’idée étant d’inviter un artiste, récemment diplômé, pour un mois de résidence pour un projet propre à l’Alliance Française. C’est un partenariat réussi qui nous amène d’ailleurs à le reconduire l’année prochaine en 2020 ou nous accueillerons un artiste qui aura pour mission de « redesigner » notre traditionnelle Noche de Queso y Vino, par un travail de design graphique et de design culinaire.

Partager les coulisses de la préparation de ce projet est intéressant à la fois pour démontrer que ce ne fut pas un long fleuve tranquille mais surtout pour montrer que c’est précisément tout ce travail en amont qui nous a intéressé, plus que le produit final. Un projet n’a d’intérêt que par ce qu’il mobilise chez les uns et chez les autres, parce qu’il bouscule notre zone de confort et précisément nous n’avions dans notre groupe de travail aucun spécialiste du jeu de société.

Parce que dans une équipe et pour qu’un projet naisse dans de bonnes conditions il faut évidemment des personnes qui ont des compétences techniques, en l’occurrence sur le champ de la pédagogie, mais il faut aussi des personnes disposant de ce qu’on appelle les compétences douces. Elles sont nombreuses, mais pour ce projet, les plus importantes furent la créativité, la motivation, l’empathie, la confiance, évidemment la communication et surtout le sens du collectif.

Ainsi, après un mois de travail intensif en étroite collaboration avec Florian Stéphant, nous réussissons à aboutir à un pré-prototype, relativement satisfaisant que nous faisons tester auprès de plusieurs groupes d’apprenants. A ce moment-là, nous nous rendons compte que le jeu plait, mais qu’il y a encore des marges d’amélioration. Nous profitons alors de la rentrée de septembre et d’une équipe projet renouvelée pour se remettre au travail avec comme objectif la présentation d’un prototype devant l’ensemble des directeurs et présidents des Alliances Françaises du Mexique à l’occasion de nos traditionnelles Journées du Réseau, qui ont lieu fin novembre.

Le travail n’est donc pas terminé. 2020 sera consacrée à la production et la distribution du jeu. Un beau défi !

Yann Lapoire, directeur de l’Alliance Francaise de Querétaro

Un grand merci à toutes celles et ceux qui ont participé à l’élaboration de ce beau projet : Charlène Le Diagon, professeure, Edwige Fijak, directrice pédagogique, Typhaine Panier, professeure,

Anaïs Paronneau, professeure, Graciela Perez Alegria, professeure, Kevin Thezé, assistant com et culture en service civique jusqu’en aout, Floriane Terrier, assistante com et culture en service civique depuis le 1er octobre , Florian Stephant, graphiste et Denisse Velazquez Aguilar, coordinatrice pédagogique.