Fondation des Alliances Françaises»Alliances Françaises dans le monde»Actualité de la zone»Amérique du Nord»Francophonie 2021 à l’Alliance Française de Washington DC, Etats-Unis

Amérique du Nord

Francophonie 2021 à l’Alliance Française de Washington DC, Etats-Unis

Cette année, malgré la Covid, l’Alliance Française de Washington a co-produit et co-organisé avec The Smithsonian Associates le festival annuel de la Francophonie à Washington pendant tout le mois de mars.

Le festival avait été interrompu l’an dernier dès le 11 mars en raison du confinement et deux événements s’étaient tenus en juin par Zoom, inaugurant une ère nouvelle en matière culturelle. Cette année encore du fait de l’interdiction de rassemblement public de plus de 10 personnes, tous les événements ont eu lieu en ligne, ce qui nous a permis d’accueillir, virtuellement, des artistes du monde entier, bien plus que cela n’aurait été possible dans des circonstances normales : aucun problème administratif d’obtention d’un visa d’artiste pour les Etats-Unis, aucun frais de bouche, de transport, d’honoraires et par conséquent, une participation augmentée de pays francophones qui n’ont souvent pas les budgets culturels nécessaires pour mettre en avant -et en présentiel- leur pays.

Par ailleurs, la virtualité a aussi permis d’élargir la portée du festival hors de Washington, hors du « Beltway », et de toucher des populations qui n’ont pas un accès régulier à la culture, et certainement un accès encore plus rare aux cultures francophones.

Au total, au mois de mars 2021, 783 personnes se sont connectées sur 7 événements et, comme nous avons pu le constater notamment pour des événements tels que la Dictée de la Francophonie, La Nuit de la poésie – 4eme édition- et les ateliers BD pour les plus jeunes (5 -11 ans), ce nombre ne compte pas les « connexions familiales » pendant lesquelles 2, 3, ou même 4 personnes de la même famille assistent à l’événement virtuel. Nous avons aussi noté que les audiences se connectaient non seulement sur l’ensemble du territoire américain, mais aussi d’Afrique, d’Europe, du Moyen-Orient, d’Amérique du Sud et même… de Nouvelle-Zélande ! Distances abolies en temps de distanciation sociale…

L’AFDC a, cette année encore, bénéficié des partenariats habituels : ambassade du Canada, ambassade du Liban, ambassade de Monaco, ambassade de Serbie, ambassade de Belgique et Bureau du Québec, mais a aussi renforcé son partenariat avec les services culturels de l’ambassade de France grâce à son attaché culturel Denis Quénelle, qui a obtenu la présence -virtuelle- de l’auteure haïtienne Kettly Mars, ainsi que donné le ton pour les ateliers BD avec Elyon’s au Cameroun.

Parmi les événements les plus populaires, la Dictée de la Francophonie, sur un texte d’ Alain Mabanckou (un extrait désopilant de Black Bazar) lança le festival à l’AFDC le 3 mars avec 152 personnes qui ont ainsi planché et découvert des expressions savoureuses comme « c’est du pipeau », « séparer le bon grain de l’ivraie », « il n’y a pas photo », ou encore le concept de « Sapeur », de la « SAPE » ; admiré l’humour génial d’Alain Mabanckou, ainsi que l’hommage implicite à Karl Lagerfeld « bien sapé[] avec des lunettes noires et un éventail pour mieux frimer ». Notre championne habituelle a encore frappé avec une seule faute (dérisoire… un oubli de majuscule !)

L’événement phare du festival de la francophonie encore une fois cette année fut la 4eme Nuit de la Poésie en Langue Française. Une initiative de l’Alliance Française de Washington, elle soulève l’enthousiasme des ambassades francophones et du public.

Avec plus de 250 personnes connectées (contre 156 en 2020 aussi par Zoom, et 65 en personne en 2019 et autant en 2018), cet événement, grâce au virtuel, grandit en qualité et en diversité. Le poète national de Belgique, Carl Norac, a participé toute la soirée, entre 18h et 20h, depuis Bruxelles (entre minuit et 2 heures du matin pour lui), ainsi que des poètes du Togo (Selom Mensah), du Sénégal (Mame Famew Camara), d’Haïti (Kettly Mars), de Madagascar (Benoît Rakotovao).

L’Ambassadeur de France a honoré de sa présence cette 4eme édition, plus spéciale que les précédentes puisqu’elle rendait aussi hommage à un membre du CA de l’AFDC, médaillé de la Fondation AF, grand amoureux de la langue française et de la francophonie où il avait vécu, Philip Pillsbury, mort quelques jours plus tôt. L’ambassadeur, qui connaissait et appréciait Philip Pillsbury, a lu le poème français préféré de ce dernier, Le relais, de Gérard de Nerval. La soirée s’est terminée par la lecture d’un poème de Lawrence Ferlinghetti, grand poète américain, ayant parlé le français avant de parler l’anglais, diplômé de la Sorbonne, fondateur de City Lights à San Francisco, et qui est connu pour avoir défendu le poème beatnik scandaleux, HOWL, Allen Ginsberg. Mr Ferlinghetti est mort à 101 ans, début mars 2021.

Les possibilités technologiques offertes par l’outil de visioconférence Zoom que l’AFDC utilise depuis le 11 mars 2020 s’avèrent un puissant moyen de promotion et de diplomatie culturelles.

Outre les événements cités ci-dessus, les rencontres et conversations avec la grande poétesse canadienne, Ying Chen -une chinoise qui a appris l’anglais et le français et écrit en français-, avec la pédiatre et auteure libanaise Noha Baz, avec l’auteure haïtienne primée, Kettly Mars, ou avec les jeunes bédéistes québécois, Alex A, ou camerounaise Elyon, ont illuminé ce mois de mars 2021 encore confiné et encore touché par la pandémie. La convivialité n’a pas manqué, ni la passion, et même si une certaine nostalgie des événements en présentiel se ressent (surtout les « après événement » joyeux  pour nos équipes), il est clair que la virtualité redéfinit la vie culturelle car elle enrichit la vie des audiences bien plus qu’on ne pouvait, qu’on ne peut encore.

 

Sarah Diligenti, Directeur Exécutif, Alliance Française de Washington DC