Fondation Alliance Française»Espace presse»La presse en parle»Mobilisation pour le français dans les aéroports de Paris

Partenariats

Mobilisation pour le français dans les aéroports de Paris

L’Institut français se mobilise en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie, la Fondation Alliance française et le groupe Aéroport de Paris pour la langue de Molière. Sa campagne nommée «Et en plus, je parle français !» met en valeur des citoyens du monde entier dans les aéroports de la capitale.

Vingt ans après la campagne «Oui, je parle français» créée à l’initiative du Ministère des affaires étrangères, l’Institut français lance «Et en plus, je parle français!». Une opération de «promotion de la langue de Molière œuvrant pour le rayonnement et l’attractivité de notre pays» précise Jean-François Guéganno, son directeur communication et mécénat. Déployé avec le soutien du groupe ADP et de l’OIF, et l’appui de Stromae, le projet culturel rayonnera dans les deux aéroports les plus fréquentés de l’Hexagone: Paris Charles-de-Gaulle et Orly du 13 juillet au 24 août prochain.

Anna est cinéaste à Moscou, Ajitabh, analyste financier à Delhi et Noa, chef d’entreprise à Lomé. Ils ne se connaissent pas, ne vivent pas dans le même pays et pourtant, sont tous unis par un lien incessible: leur langue, le français. Un idiome qui -malgré les dires de certains détracteurs- n’a absolument rien perdu de sa superbe. «Non seulement la langue française est tout aussi rayonnante que l’anglais aujourd’hui mais elle est complémentaire», explique Christophe Chaillot, responsable pôle Langue française à l’Institut français.

Avec plus de 270 millions de locuteurs francophones, dont «125 millions d’apprenants du français», rapporte l’OIF, la langue de Molière fait en effet figure de mastodonte dans le paysage linguistique mondial. «Parler français est un précieux avantage pour trouver un emploi de nos jours», continue Christophe Chaillot. Une force sans demi-teinte qui, ajoute Jean-François Guéganno, «ne doit pas être oubliée. Car, œuvrer pour le français c’est à la fois promouvoir la diversité mais aussi les échanges interculturels.» Et la campagne de l’Institut français incarne parfaitement ces valeurs propres à la devise de la France dans les aéroports, «premiers lieux de passage sur le sol français».

Exposés sur 106 bâches dans les terminaux d’arrivée et de départ des aéroports de la capitale, les visages d’hommes et de femmes présentent des citoyens francophones du monde entier dont les trois gagnants du concours de photographie organisé par l’Institut français durant la semaine de la Francophonie en mars dernier: Antonio, chef cuisinier à Buenos Aires, Karabayev, épicier à Taschkent et Abdoulkarim, technicien agronome à Mutsamudu. Une compétition qui avait réuni en son jury: l’écrivain Gaël Faye, l’actrice Maria de Medeiros, les dessinateurs Zeina Abirached et Philippe Geluck ainsi que Jul.

Dévoilé il y a quelques jours, le projet linguistique de l’Institut français récolte déjà «beaucoup de retours positifs», nous confirme Jean-François Guéganno. Et promet, ajouterons-nous, d’en accueillir sans nul doute encore de très nombreux durant les prochaines semaines.

Source article LE FIGARO >>