Fondation Alliance Française»Alliances Françaises dans le monde»Actualité de la zone»Europe»Les coulisses de la programmation d’une exposition : l’exemple italien

Europe

Les coulisses de la programmation d’une exposition : l’exemple italien

AF de Gênes © DR La vie quercynoise

La délégation générale de la Fondation Alliance Française en Italie a mis en place une série de trois expositions (le Périgord, le Lot, la ville de Bordeaux et son arrière-pays) qui a comme fil conducteur le cours d’eau de la Dordogne. Elles seront diffusées tout au long de l’année 2018 et 2019.

Cette initiative ne correspond pas à une offre culturelle pré programmée mais nait avant tout de l’analyse des atouts et difficultés du réseau italien. En effet, la priorité depuis la délégation générale est de mettre en place une programmation culturelle qui puisse apporter des réponses au développement économique de nos structures. Cette règle détermine les choix de la programmation même lorsqu’il s’agit de cinéma ou des arts vivants.

Toute action est validée par sa capacité à s’intégrer dans le plan stratégique triennal et devient donc un élément tactique pour atteindre des objectifs précis. Ainsi dans le contexte italien, le futur se construira, entre autres, sur notre maillage du territoire et notre savoir-faire avéré dans l’organisation et la circulation des expositions. Ce sont des leviers à activer car une approche nationale (en terme de communication par exemple) constitue une alternative économique qui s’appuie sur notre savoir-faire historique et « un budget culturel/exposition » communément identifié dans la vie de chacune des Alliances Françaises.

On valorise nos pratiques, on dépasse le local mais il fallait encore déterminer un produit culturel qui corresponde à la fois à nos capacités techniques, à nos financements tout en renforçant notre attractivité.

De fait, la thématique de ces expositions nous permet en premier lieu de répondre à une attente de notre public au vu de différentes enquêtes menées, nos étudiants ont confirmé un intérêt concernant le patrimoine.

Mais elle doit aussi, dans le contexte des difficultés du marché touristique français, apporter une réponse en mettant en avant l’efficacité de notre marketing de proximité. Dans le contexte italien, la délégation souhaite faire évoluer le regard des acteurs privés et publics qui peuvent avoir une représentation figée de nos institutions, nous cantonnant à n’être que des « centres de passation de certifications ou d’enseignement ». C’est tout un réseau qui d’une seule voix travaille sur des problématiques qui dépassent sa sphère d’influence traditionnelle pour affirmer une nouvelle vocation.

Dans la mise en place de ce projet, il y a donc des motivations diverses qui répondent à un même objectif. Cependant, l’initiative se heurte rapidement à la difficulté des offices de tourisme à nous offrir un soutient ou à apporter des financements. Il est vrai que notre proposition sort aussi des sentiers traditionnels de promotion mais l’écoute des partenaires est encourageante.

Pour contourner l’absence d’exposition clé en main, la délégation générale en concertation avec le réseau italien se lance dans la production. Nous nous appuyons sur la société civile française pour participer à cette opération, elle devient une invitation au voyage faites aux amis italiens francophiles et francophones :

• En Dordogne, nous nous appuyons sur la production du club de photo qui a gagné trois coupes de France successive et l’appui des grands sites touristiques.
• Dans le Lot, en lien avec Pauline Fernandez, ancienne du réseau, nous lançons un vaste concours aux photographes de la région qui est relayé par tous les médias localement.
• À Bordeaux, l’Alliance Française localement s’est appropriée le projet. Pour créer cette synergie économique entre le culturel et l’école, deux séjours seront offerts aux étudiants italiens à l’Alliance de Bordeaux. Ce sera d’ailleurs le message de notre prochaine campagne publicitaire.

Un commissaire d’exposition a été identifié et après l’été, une première maquette sera produite. Elle se construira autour de la valorisation des patrimoines historiques et gastronomiques. Pour faciliter le sponsoring, le livret d’exposition évoquera les structures d’accueil et l’offre touristique en termes d’ activités.

Cette approche garantit des écoutes intéressées de la part des partenaires régionaux (entreprises et institutionnels) car nous menons une campagne de partenariat. Ainsi, différents producteurs régionaux ont confirmé leur participation et la délégation pourra ainsi proposer aux Alliances d‘Italie des inaugurations qu’il nous aurait été impossible de financer. D’ailleurs, alors que le projet n’a été lancé qu’en février 2017, le lycée hôtelier de Périgueux a déjà signé deux accords avec des villes d’Alliance. Il est ainsi prévu des échanges d’étudiants (programmé en novembre 2017) mais aussi la prise en charge de l’organisation des cocktails de lancement des expositions, localement, avec une valorisation des produits régionaux. Des cours de français et des certifications seront proposés aux lycées hôteliers italiens qui se rapprochent ainsi de nos Alliances.

Nous ne sommes qu’«au milieu du gué opérationnel» et nous connaissons des difficultés en termes de ressources humaines pour accompagner l’ensemble des initiatives qui sont appelées à se greffer autour de cette action culturelle. C’est une idée simple mais qui mobilise de nombreux acteurs et qui engendre des dynamiques périphériques (jumelages d’école, voyages de découverte, master class gastronomique, cycles de conférence…)
Une fois réalisées, ces expositions seront, selon toute probabilité, à la disposition du réseau via la catalogue de la Fondation. Pour l’anecdote, un projet similaire avait été mené à Panama par l’Alliance Française et il avait abouti, en octobre 2016, au financement par Air France Amérique centrale d’un voyage exploratoire en Dordogne, impliquant plus de quinze représentants d’agences de voyages désireuses d’identifier des nouvelles destinations, des nouveaux marchés…

Ainsi la représentation des partenaires privés sur nos Alliances Françaises localement évolue et nous garantit de fait des partenariats construits sur notre immense potentiel et notre force créatrice.

Bravo au réseau italien pour sa mobilisation !

Fabrice Placet, directeur Alliance Française de Turin, délégué général de la Fondation Alliance Française en Italie

article paru dans la VIE QUERCYNOISE>>