Fondation Alliance Française»Alliances Françaises dans le monde»Actualité de la zone»France»ALLIANCE FRANCAISE STRASBOURG EUROPE – Semaine de la francophonie

France

ALLIANCE FRANCAISE STRASBOURG EUROPE – Semaine de la francophonie

Dans le cadre de la Semaine de la Francophonie, l’Alliance française Strasbourg Europe a organisé, en partenariat avec l’Eurométropole Strasbourg et l’association « Passages », le 24 mars 2017, une table-ronde sur le thème : « La Francophonie dans le monde contemporain : une diversité de territoires, d’acteurs et d’enjeux – l’exemple de Pondichéry en Inde »

Après les mots de bienvenue et d’intérêt de Mme Rafik El Mrini, Adjointe au Maire de Strasbourg en charge des relations internationales, les intervenants furent : M. Stéphane Lopez, ambassadeur de l’OIF auprès de l’Union Européenne, en poste à Bruxelles ; Mme Kamala Marius, maître de conférence en géographie à l’Université de Bordeaux-Montaigne, chargée de cours à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg ; M. Mikael de la Fuente, délégué géographique Amérique du Nord et Europe à la Fondation Alliance Française, Paris ; M. Jean-François Killian, directeur du développement chez Huron, filiale du groupe indien Jyoti + interview vidéo de M. Olivier Litvine, directeur de L’Alliance de Pondichéry.

Ouvrant les débats, M. Lopez a précisé que la langue française n’avait jamais été autant parlée qu’aujourd’hui, même si elle a perdu sa prééminence du siècle des Lumières et du XIXème siècle.

En dépit d’une mondialisation qui fait la part belle à l’anglais, la langue française bénéficie de représentations positives et reste la 2ème langue la plus enseignée dans le monde.

Le Français a néanmoins perdu du terrain en Europe, où la situation est paradoxale : l’Union européenne s’exprime majoritairement en anglais alors que les Anglais justement sont en train de la  quitter …

La Francophonie ne doit pas se laisser enfermer dans le domaine linguistique et culturel. L’OIF doit s’investir dans les questions majeures d’aujourd’hui – lutte contre la pauvreté, droits de l’homme, développement durable – et viser par exemple à la construction d’un espace économique.

De son côté, M. de la Fuente a présenté le développement de l’enseignement du français en Inde, grâce notamment au réseau des Alliances Françaises. Il y a 14 Alliances aujourd’hui dans l’Union indienne, la plus ancienne étant celle de Pondichéry et la plus récente étant celle de Lucknow dans l’Uttar-Pradesh, inaugurée en octobre dernier. 60 000 étudiants apprennent le français, première langue étrangère étudiée (l’anglais n’est pas une langue étrangère, mais une langue nationale officielle). Mais l’Inde manque de professeurs de français et il faut urgemment former des enseignants pour répondre à la demande.

Mme Kamala Marius a évoqué plus précisément Pondichéry : la communauté franco-pondichérienne compte environ 8 000 personnes dont 90 % n’ont aucun lien avec la langue et la culture françaises. Pour des raisons historiques, le territoire de Pondichéry dispose de nombreuses institutions d’enseignement et de recherche liées à la France : un lycée français (1 400 élèves), l’Alliance Française, l’Institut français de Pondichéry, l’Ecole Française d’Extrême-Orient… Parmi les efforts pour jeter des ponts entre la culture tamoule et la culture française, il faut noter le rôle de la section AMOPA de Pondichéry qui s’emploie à faire traduire les grands auteurs classiques français en langue tamoule – la grande langue parlée au sud de la péninsule indienne.

Dans l’interview diffusée en vidéo du directeur de l’Alliance de Pondichéry, M. Litvine a présenté son Alliance : 450 membres de l’association, entre 2 000 et 3 000 inscriptions aux cours de français par an. L’Alliance de Pondichéry propose de nombreuses activités culturelles (140 manifestations par an), certaines s’appuyant sur des partenariats prestigieux, comme celui du Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine. M. J-F Killian, de son côté, a présenté son entreprise, qui relève d’un grand groupe indien, et les liens économiques entre la France et l’Inde. Les forces économiques sont complémentaires de nombreux autres atouts.

Après un échange nourri avec l’auditoire et un intermède musical (chants de l’Inde du Sud) donné par  Mme Rajii Parisot, pondichérienne résidant à Strasbourg, un verre de l’amitié, offert par la Ville, a couronné cette manifestation.

Jacques WALLET, secrétaire général de l’Alliance Française de Strasbourg

Crédit photos : AF de Strasbourg