Jérôme Clément

«Les Chinois parlent le français en Afrique» Jérôme Clément – LA DEPECHE.FR 27 NOV 16

«Les Chinois parlent le français en Afrique»

International – Jérôme Clément, Président de la Fondation Alliance française* Expert

«Les Chinois parlent le français en Afrique»
«Les Chinois parlent le français en Afrique»

Quelles sont les valeurs que porte le français ?

Ce sont des valeurs liées à notre histoire, à notre culture, les valeurs de la république que l’on retrouve dans notre devise «liberté, égalité, fraternité». La langue française est aussi porteuse de laïcité, et les droits de l’homme, qui ont marqué la Révolution française sont très attachés à l’idée même de la langue française.

Qu’en est-il de sa place sur le terrain économique ?

Le français est un atout précieux sur le terrain économique, en Afrique francophone par exemple, il est difficile de se faire comprendre si on ne parle pas français.

Mais ce sont les Chinois qui investissent l’Afrique !

C’est pourquoi les Chinois apprennent le français pour aller en Afrique. Je le sais car nous les formons à l’Alliance française et ils sont nombreux. Le nombre d’apprenants français dans le monde est en augmentation, l’Alliance française se développe vers l’Asie, en Chine, en Inde, et on envisage d’en créer en Thaïlande. Ailleurs, comme l’Afrique est le continent où la croissance démographique est la plus forte et qu’on y parle français dans une grande partie, les perspectives de développement sont encourageantes.

Comment développer le français sur internet ?

Il suffit de l’utiliser, le numérique est un moyen, on va utiliser internet pour créer des sites, apprendre la langue à distance et l’adapter à des besoins spécifiques.

Doit-on créer l’union économique des francophones ?

C’est une perspective compliquée mais beaucoup de pays sont déjà liés par des traités importants, tous les pays d’Afrique du nord dont nous sommes les premiers partenaires, sans compter beaucoup de pays d’Afrique.

Qui menace le français ?

Les Français eux-mêmes lorsqu’ils croient intelligent de maltraiter ou d’abandonner leur langue, notamment dans les milieux économiques et médiatiques.

Doit-on surveiller le français des médias ?

C’est plutôt un état d’esprit à développer chez les journalistes, les professeurs et tous ceux qui interviennent dans la vie économique et politique. Le français doit être un sujet du débat électoral et le président, quel qu’il soit, devra en faire un des sujets de son quinquennat.

Premier réseau culturel mondial, l’Alliance française lance l’opération « Un million d’amis » sur le sitewww.amisalliance.fr